Les débuts ouverts

1/7 : L'Ouverture Espagnole. Ce cours d'échecs vous est présenté par Stéphane Laborde et le maître international JB Mullon de Diagonale TV. La partie espagnole est l'une des plus anciennes ouvertures du jeu d'échecs. Objet d'intenses études théoriques, elle reste une ouverture très prisée des grands-maîtres comme des amateurs.L'intérêt de cette ouverture est la pression (indirecte) exercée sur e5 par la sortie du fou. Sortie qui a également l'avantage de préparer le petit roque.

 

2/7 : Joueurs Références : Kasparov. Suivez le cours de Stéphane Laborde et JB Mullon sur l'ouverture italienne.
La partie italienne est une ouverture du jeu d'échecs qui s'obtient après les coups 1.e4 e5 2.Cf3 Cc6 3.Fc4 Fc5 (l'ordre des coups peut varier). Les Noirs y cherchent juste à maintenir l'équilibre, contrairement à la défense des deux cavaliers (caractérisée par les coups 1. e4 e5 2. Cf3 Cc6 3. Fc4 Cf6), où ils contre-attaquent dès le troisième coup. La partie italienne compte parmi les ouvertures les plus anciennes; elle fut déjà analysée par Pedro Damiano dans son livre publié à Rome en 1512. Cette ouverture est très employée par les débutants.

 

3/7 : Variante 4...Fe7 expliquée par le GMI Christian Bauer.
Le GM Christian Bauer vous propose d'intégrer dans votre répertoire d'ouvertures la variante 4...Fe7 contre la Partie Italienne 1.e4 e5 2.Cf3 Cc6 3.Fc4. Cette ligne, moins analysée que 4...Fc5 ou 4...Cf6, ne manque pas d'intérêt.
Qui est Christian Bauer ? 
Christian Bauer, né le 11 janvier 1977 à Forbach, en France, est un grand maître français du jeu d'échecs. Il a remporté le titre de champion de France en 1996 et 2012. Au 1er août 2012, son classement Elo de la Fédération internationale des échecs est de 2 682, ce qui en fait le 4e joueur français

 

4/7 : Italienne 4... Fe7 à l'étude...
Deuxième partie de la variante 4...Fe7 contre la partie Italienne, par le GM Christian Bauer. 1.e4 e5 2.Cf3 Cc6 3.Fc4. Cette ligne, 4...Fe7, moins analysée que 4...Fc5 ou 4...Cf6, ne manque pas d'intérêt.

 

5/7 : La défense Philidor est une ouverture au jeu d'échecs qui est obtenue (dans son ordre de coups traditionnel) par les coups 1.e4 e5 2.Cf3 d6.
Son nom vient d'un joueur très connu du xviiie siècle, François-André Danican Philidor, qui la recommandait comme une alternative au plus habituel 2...Cc6 dans son livre L'Analyse du jeu des échecs. Son idée originale était, après avoir consolidé le pion e5 par ...d6, d'attaquer les blancs au centre par ...f5. Cette poussée de pion ayant rapidement été considérée comme trop risquée par la plupart des grands joueurs, les noirs se sont tournés vers la défense du centre par 3...Cd7, l'échange de pions par 3...exd4 ou la contre-attaque sur e4 par 3...Cf6. Siegbert Tarrasch considère la prise e5xd4 comme presque toujours fautive, non seulement ici mais dans toutes les ouvertures.
La défense Philidor est réputée solide, mais assez passive. Après le xixe siècle où elle fut très populaire, elle n'a plus été très jouée, malgré les efforts d'Aaron Nimzovitch durant le premier quart du xxe siècle, de Bent Larsen, qui a développé la ligne 3...exd4 suivi de ...g6 au début des années 1970. Cependant, à partir des années 1990, la possibilité d'utiliser l'ordre de coups de la défense Pirc est explorée par quelques joueurs de haut niveau, comme Étienne Bacrot ou Liviu-Dieter Nisipeanu. D'autres joueurs de haut niveau y recourent lorsqu'ils ne veulent pas employer leur répertoire d'ouvertures normal, par exemple par crainte d'une préparation adverse. C'est le cas d'Alexander Morozevich et de Maxime Vachier-Lagrave.
De nos jours, la défense Philidor est rarement jouée à haut niveau dans l'ordre de coups original à cause de la variante 1.e4 e5 2.Cf3 d6 3.d4 Cf6 4.dxe5 Cxe4 5.Dd5!, qui donne l'initiative aux blancs1. Elle est donc généralement obtenue par transposition à partir de la défense Pirc : 1.e4 d6 2.d4 Cf6 3.Cc3 Cbd7 4.Cf3 e5.
Dans la pratique moderne, la variante généralement jouée est 1.e4 d6 2.d4 Cf6 3.Cc3 Cbd7 4.Cf3 e5 5.Fc4 Fe7 6.0-0 0-0 et la partie est revenue dans la variante Hanham de la Philidor, qui en est la variante principale. L'ordre de coups 1.e4 d6 2.d4 e5 se rencontre aussi. Comme dans la défense vieille-indienne, les Blancs peuvent alors jouer 3.dxe5 et échanger les dames en déroquant les noirs, mais ils n'obtiennent qu'un petit avantage pouvant difficilement mener au gain de la partie.
Une ligne alternative a été introduite par Alexei Shirov : 1.e4 d6 2.d4 Cf6 3.Cc3 Cbd7 4.Cf3 e5 5.g4. Ce gambit mène à des positions très tactiques.

 

6/7 : Joueurs Références : Kasparov. Conseillé au joueur créatif ! Suivez ce cours d'échecs présenté par le maître Jean-Baptiste Mullon et Stéphane Laborde.
La partie écossaise est une ouverture au jeu d'échecs débutant par les coups 1. e4 e5 2. Cf3 Cc6 3. d4 exd4 4. Cxd4. L'avancée d4 du pion blanc au troisième coup a pour but d'ouvrir le centre, 3...exd4 étant le meilleur coup à la disposition des Noirs.

 

7/7 : La défense russe, que l'on nomme aussi défense Petrov, est une ouverture du jeu d'échecs. Elle s'obtient après les coups 1.e4 e5 2.Cf3 Cf6. Joueur de référence : Anand.
Connue depuis la Renaissance, cette défense a été particulièrement analysée par l'un des fondateurs de l'école d'échecs de Saint-Pétersbourg, Alexandre Petrov (1794-1867). Au premier abord, elle semble être une contre-attaque virulente, mais en fait, elle est réputée pour aboutir, à haut niveau, à des nulles rapides. Elle peut cependant se révéler piégeuse. Elle est souvent utilisée par des joueurs recherchant, avec les noirs, des positions solides, avec généralement la nulle pour objectif, comme, au plus haut niveau, l'ancien champion du monde Vladimir Kramnik et l'Israélien Boris Gelfand. Avec cette vidéo, apprenez tout sur cette défense avec les experts du jeu d'échecs Stéphane Laborde et JB Mullon.

 

 


Réagir